Hong Kong security law: Officials discussed six sites for autonomous city in Ireland

Cliquez pour Version française

Six locations in Ireland were discussed by government officials as possible sites for a new autonomous city named Nextpolis proposed by a wealthy Hong Kong businessman, The Times can reveal.
The Department of Foreign Affairs has been in contact with the Victoria Harbour Group (VHG), an international charter city investment company, since December about a plan to create a city from scratch that would be home to tens of thousands of Hong Kong residents.
Documents released under freedom of information laws show that a series of meetings have taken place in Ireland and Hong Kong in recent months about sourcing a 500 sq km area of land for the new city.
The locations discussed were: an area between Drogheda and Dundalk in Co Louth; a site to the east of Galway city; an area just north of Limerick city; a plot outside Waterford city; a site to the east of Cork; and an area near Killarney and Tralee in Co Kerry.
Ivan Ko, a Hong Kong property tycoon who founded the VHG, has been searching the globe for potential sites for a new international charter city due to the rising political uncertainty between Hong Kong and Beijing.
In an interview last month with City Journal, a New York publication, Mr Ko said discussions were ongoing with "Ireland and two other countries".
The name of the person involved in discussions with the Department of Foreign Affairs is redacted from the documents released under FOI, but it is understood that it is Mr Ko.
On December 5, Mr Ko wrote that he wanted to invite "relevant institutions, agencies, major corporations and/or brilliant talents and experts from Ireland" to get involved with the "Sim City" project.
The proposed city was referred to as Sim City in its early stages, after the computer game in which players create their own city. Over time its name changed to Nextpolis.
Tim Mawe, regional director in the Asia Pacific Unit of the Department of Foreign Affairs, replied: "Many thanks for your message and for the interesting conversation last week. " He added: "As regards Sim City, I note that you will be in touch with David and I again. At that point, we can see what to do next."
David Costello is consul general of Ireland to Hong Kong.
On January 9, Mr Ko emailed again, attaching a presentation explaining the project. "We would like to prepare the attached draft proposal for the consideration of your country," he said.
He added: "Over the last few months, we have formed a group of core members and a group of volunteers to work on various topics relating to this international charter city (ICC). I hope we you can bring this up to your President, the honorable Michael Higgin and his colleagues."
The first page of the slide features a futuristic cityscape filled with green skyscrapers. The heading reads: "Nextpolis, a preliminary proposal on establishment of an international charter city in Ireland."
The proposal states that Hong Kong has been given no assurances that its "capitalist system and way of life" will be allowed to continue when present laws lapse in the next few decades.
"Given no promise on the status of Hong Kong after 2047, it would be fair to estimate that many Hong Kong people, most of them being professionals and middle class, would be keen to continue their existing lifestyle which is different from that of mainland China and leave Hong Kong," it says.
A slide with the heading "proposal" states: "To secure a piece of land of about [500] sq km in Ireland, by ways of a long-term head lease, to develop and operate an autonomous international charter city, namely Nextpolis, at the cost of a group of international investors led by a general partner and the future Nextpolis city government".
It states that the city would have an initial population of between 50,000 but would grow to 500,000 over 20 years, with at least 50 per cent made of people from Hong Kong, and 15-30 per cent from Ireland and Europe. It states the city would have a "free reforming economic system" within Ireland; an independent relationship with the EU; control of its own borders; a low and simple taxation system; no foreign exchange control; and an emphasis on "ease of setting up and conducting businesses".
It said democracy, freedom of religion, expression and politics would be key pillars of the city.
Mr Ko then sent a memorandum of understanding, which detailed the project and explained how the new city would operate.
On January 22, Mr Ko wrote: "As a matter of fact that Brexit will definitely happen, it is very opportune for Ireland to share part of London’s global financial centre role. With the large pool of financial talents that Hong Kong has, if Nextpolis can be established in Ireland, there will be a lot of our seasoned bankers, asset management executives, corporate finance and investment experts from Hong Kong [who] would be able to contribute."
A number of Whatsapp messages between Mr Ko and Mr Mawe were also released. On February 13, following a phone conversation, Mr Ko sent an image of Ireland with five locations circled. "Are these the regions or districts you hv [sic] walked me through briefly in the call? We want our volunteer groups to study them in detail," he wrote.
Mr Mawe replied: "Looks good. I also mentioned the district in the South West."
The following week Mr Mawe emailed Mr Ko, appearing to pour cold water on the project which he described as "quite radical".
He said the 500 sq km space required "is not held by government in this country" and cannot be "obtained by law".
On March 3, Mr Ko wrote that seven separate teams had been "studying and discussing" Ireland’s national development plan and the national planning framework. "We also plan to visit Ireland shortly after meeting with you," he said.
The last meeting on the project was held in Hong Kong on March 6 between Mr Ko and Mr Costello.
In a statement yesterday, the Department of Foreign Affairs said: "Following an initial approach in December 2019, the department had limited contact with the individuals involved to provide helpful and realistic guidance about Ireland. Since providing this guidance there has been no further action taken by the department in this matter."

Source
Loi sur la sécurité de Hong Kong: les responsables ont discuté de six sites pour une ville autonome en Irlande
Six sites en Irlande ont été discutés par des responsables gouvernementaux comme des sites possibles pour une nouvelle ville autonome nommée Nextpolis proposée par un riche homme d'affaires de Hong Kong, peut révéler le Times.
Le ministère des Affaires étrangères est en contact avec le Victoria Harbour Group (VHG), une société internationale d'investissement dans les villes à charte, depuis décembre au sujet d'un plan visant à créer une ville à partir de zéro qui abriterait des dizaines de milliers de résidents de Hong Kong.
Des documents publiés en vertu des lois sur la liberté de l'information montrent qu'une série de réunions ont eu lieu en Irlande et à Hong Kong ces derniers mois sur l'approvisionnement d'une zone de 500 km2 de terrain pour la nouvelle ville.
Les emplacements discutés étaient: une zone entre Drogheda et Dundalk dans Co Louth; un site à l'est de la ville de Galway; une zone juste au nord de la ville de Limerick; un terrain à l'extérieur de la ville de Waterford; un site à l'est de Cork; et une zone près de Killarney et Tralee dans le Co Kerry.
Ivan Ko, un magnat de l'immobilier de Hong Kong qui a fondé le VHG, a cherché dans le monde entier des sites potentiels pour une nouvelle ville à charte internationale en raison de l'incertitude politique croissante entre Hong Kong et Pékin.
Dans une interview le mois dernier avec le City Journal, une publication de New York, M. Ko a déclaré que des discussions étaient en cours avec «l'Irlande et deux autres pays».
Le nom de la personne impliquée dans les discussions avec le ministère des Affaires étrangères est expurgé des documents publiés sous FOI, mais il est entendu qu'il s'agit de M. Ko.
Le 5 décembre, M. Ko a écrit qu'il souhaitait inviter «les institutions, les agences, les grandes entreprises et / ou les brillants talents et experts irlandais» à s'impliquer dans le projet «Sim City».
La ville proposée a été appelée Sim City à ses débuts, après le jeu informatique dans lequel les joueurs créent leur propre ville. Au fil du temps, son nom a changé pour Nextpolis.
Tim Mawe, directeur régional de l'unité Asie-Pacifique du ministère des Affaires étrangères, a répondu: «Merci beaucoup pour votre message et pour la conversation intéressante de la semaine dernière.» Il a ajouté: «En ce qui concerne Sim City, je note que vous serez de nouveau en contact avec David et moi. À ce stade, nous pouvons voir ce qu'il faut faire ensuite. »
David Costello est consul général d'Irlande à Hong Kong.
Le 9 janvier, M. Ko a de nouveau envoyé un courriel, en joignant une présentation expliquant le projet. «Nous aimerions préparer le projet de proposition ci-joint pour examen par votre pays», a-t-il déclaré.
Il a ajouté: «Au cours des derniers mois, nous avons formé un groupe de membres principaux et un groupe de volontaires pour travailler sur divers sujets liés à cette ville à charte internationale (ICC). J'espère que vous pourrez en parler à votre président, l'honorable Michael Higgin et ses collègues.
La première page de la diapositive présente un paysage urbain futuriste rempli de gratte-ciel verts. Le titre se lit comme suit: "Nextpolis - une proposition préliminaire sur la création d'une ville à charte internationale en Irlande."
La proposition déclare que Hong Kong n'a reçu aucune assurance que son «système capitaliste et son mode de vie» seront autorisés à continuer lorsque les lois actuelles deviendront caduques dans les prochaines décennies.
«N'étant pas promis sur le statut de Hong Kong après 2047, il serait juste d'estimer que de nombreux Hongkongais, pour la plupart des professionnels et de la classe moyenne, seraient désireux de continuer leur style de vie actuel qui est différent de celui de la Chine continentale. et quittez Hong Kong », dit-il.
Une diapositive intitulée «proposition» indique: «Pour sécuriser un terrain d'environ [500] km2 en Irlande, par le biais d'un bail principal à long terme, pour développer et exploiter une ville à charte internationale autonome, à savoir Nextpolis, aux frais d'un groupe d'investisseurs internationaux dirigé par un commandité et la future municipalité de Nextpolis ».
Il déclare que la ville aurait une population initiale de 50 000 habitants, mais passerait à 500 000 en 20 ans, dont au moins 50% de Hongkongais et 15 à 30% d’Irlande et d’Europe. Il déclare que la ville aurait un «système économique réformateur libre» en Irlande; une relation indépendante avec l'UE; contrôle de ses propres frontières; un système d'imposition bas et simple; pas de contrôle des changes; et l'accent mis sur «la facilité de création et de conduite des entreprises».
Il a déclaré que la démocratie, la liberté de religion, d'expression et la politique seraient les piliers clés de la ville.
M. Ko a ensuite envoyé un protocole d'accord, qui détaillait le projet et expliquait comment la nouvelle ville fonctionnerait.
Le 22 janvier, M. Ko a écrit: «En fait, le Brexit aura certainement lieu, il est très opportun pour l’Irlande de partager une partie du rôle de centre financier mondial de Londres. Avec le grand bassin de talents financiers que Hong Kong a, si Nextpolis peut être établie en Irlande, il y aura un grand nombre de nos banquiers chevronnés, de nos dirigeants en gestion d’actifs, de nos experts en financement d’entreprise et en investissement de Hong Kong [qui] pourraient contribuer. »
Un certain nombre de messages Whatsapp entre M. Ko et M. Mawe ont également été publiés. Le 13 février, à la suite d'une conversation téléphonique, M. Ko a envoyé une image de l'Irlande avec cinq endroits encerclés. «Est-ce que ce sont les régions ou les districts que vous avez brièvement traversés lors de l'appel? Nous voulons que nos groupes de bénévoles les étudient en détail », a-t-il écrit.
M. Mawe a répondu: «Ça a l'air bien. J'ai également mentionné le quartier du sud-ouest.
La semaine suivante, M. Mawe a envoyé un courriel à M. Ko, semblant verser de l'eau froide sur le projet qu'il a qualifié de «assez radical».
Il a déclaré que l'espace de 500 km2 requis «n'est pas détenu par le gouvernement de ce pays» et ne peut être «obtenu par la loi».
Le 3 mars, M. Ko a écrit que sept équipes distinctes avaient «étudié et discuté» le plan de développement national de l’Irlande et le cadre de planification national. «Nous prévoyons également de visiter l'Irlande peu de temps après vous avoir rencontré», a-t-il déclaré.
La dernière réunion sur le projet s'est tenue à Hong Kong le 6 mars entre MM. Ko et Costello.
Dans une déclaration d'hier, le ministère des Affaires étrangères a déclaré: «Suite à une approche initiale en décembre 2019, le ministère a eu des contacts limités avec les personnes impliquées pour fournir des conseils utiles et réalistes sur l'Irlande. Depuis que ces conseils ont été fournis, aucune autre mesure n'a été prise par le ministère à ce sujet. »